Articles

L’Europe, on lui fait quoi?

Le 15 août 2020, le site de pari en ligne Winamax a posté sur Twitter une illustration en lien avec la coupe d’Europe des clubs champions, et sobrement intitulée « L’Europe, on l’encule à 2 ». La référence reposait sur le fait que deux clubs français, le PSG et l’OL participaient à la phase finale.

 

Moi qui depuis 10 ans travaille au Comité Economique et Social Européen et tâche de promouvoir l’image de l’Europe, je me suis senti provoqué par cette publicité. La société Winamax est un leader des paris en ligne, premier site français de poker. Patrick Bruel compte parmi ses actionnaires principaux.

 

Cette publicité a beaucoup fait réagir et trois membres du gouvernement (les ministres des sports, de la citoyenneté et de l’égalité homme-femme) ont dénoncé cette publicité jugée outrancière.

 

Une députée, Olga Givernet, a demandé au Premier Ministre la suppression de l’autorisation de pari en ligne de Winamax.

 

Devant l’ampleur des critiques, la société Winamax a décidé de retirer son tweet trois jours plus tard.

 

Pour ma part, j’ai porté plainte devant le jury de déontologie de la publicité, une des trois instances de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité.

 

La décision du jury vient d’être rendue publique. Le jury juge ma plainte fondée au regard des principes de la déontologie publicitaire, il considère que « la publicité litigieuse présente un caractère ordurier qui traduit un manquement aux exigences de responsabilité sociale. » Il note que cette publicité est de nature à cautionner une forme de violence physique et verbale.

 

Pour ma part, je retiens quatre leçons :

 

  • D’abord, alors que ce tweet ordurier a été fortement dénoncé et que la polémique a été relayée sur de nombreux médias, j’ai été le seul à porter plainte. Cela signifie que le processus de plainte en matière de publicité n’est, soit pas connu, soit perçu comme ne présentant aucun intérêt.

 

  • Ensuite, il est difficile de juger objectivement la posture de Winamax. Lorsqu’ils annoncent en défense qu’il s’agit d’une simple référence à un album de rap du groupe PNL et à la chanson « Celsius » qui démarre par « On prend le rap, on l’encule à 2 », on ne peut s’empêcher d’envisager qu’ils ont voulu faire un coup de buzz à la veille d’une compétition sportive où le nombre de paris sportifs pouvait fortement augmenter. Mais, comme je sais qu’il faut aussi se méfier des tweets postés après 22 heures – le tweet a été posté à 22 h 40 – en raison de ce qu’on appelle « l’effet Jack Daniel », la volonté même de Winamax reste obscure.

 

  • Au vu du caractère « ordurier » comme le jury le reconnait lui même, j’avais demandé dans ma plainte, et comme le règlement du JDP l’autorise, que cet avis soit publié dans un journal de communication comme « Stratégies » et un journal de sport comme « L’Equipe ». Le Jury écarte ma demande sous le prétexte qu’il s’est passé trop de temps entre ma plainte et le jugement. On croit rêver, le jury prend argument de sa lenteur pour faire valoir la non publication de ses avis. Cela signifie que jamais le JDP ne valorisera ses avis et donc que ses avis resteront confidentiels sur son propre site. On a connu des principes de Name & Shame plus audacieux.

 

  • Enfin, entre le moment de ma plainte, le 18 août, et la publication de la décision du jury, deux mois et demi se sont écoulés. Il me semble vraiment nécessaire que le processus de plainte soit amélioré et les délais raccourcis, comme je l’avais proposé dans le rapport remis en juin 2020 au ministre de la transition écologique.

L’avis du Jury sur ma plainte: JDP Avis WINAMAX

L’avis sur le site du JDP: Lien JDP

Publicité et Big Data

Le Conseil d’Ethique Publicitaire que préside Dominique Wolton a lancé il y a quelques mois un groupe de travail sur le sujet « Publicité et Big Data ». J’étais le rapporteur de ce groupe de travail et j’ai proposé d’ouvrir une consultation publique sur le sujet avec l’objectif d’améliorer le contenu de cet avis.

L’avis est ici, n’hésitez pas à faire vos observations: *Avis Big Data

Nomination au Conseil d’Ethique Publicitaire

Le Conseil d’Ethique Publicitaire vient de renouveler 3 personnalités qualifiées pour un mandat de 3 ans. Heureux d’en faire partie.

Les membres du CEP