Articles

Préfaces MAJ Juillet 2024

Recueil des préfaces effectuées à fin juin 2024

 

Depuis plusieurs années, j’ai eu le plaisir d’être sollicité pour rédiger quelques préfaces. Je pense avoir toujours accepté les demandes qui m’étaient adressées car je considère que l’encouragement à la lecture est toujours profitable.

La préface est un exercice délicat, elle doit insister sur les qualités du livre, sur son apport. Elle n’a pas pour ambition d’inciter à sa lecture, à l’inverse du dos de couverture, puisque le lecteur a déjà le livre entre les mains. L’indication d’un préfacier sur la première page de couverture vise à crédibiliser le livre et renforcer sa promotion. Avec le recul, je n’en suis pas si sûr. Plusieurs éditeurs m’ont confirmé la faible utilité strictement commerciale d’une préface, d’ailleurs, pour 3 ouvrages que j’ai préfacé, mon nom n’apparaît ni sur la couverture, ni même au dos de l’ouvrage.

J’ai réuni ici l’ensemble de mes préfaces (16) en espérant que parmi celles-ci, il y en est quelques-unes qui donnent envie de lire certains de ces ouvrages. Ils en valent tous le plaisir de lecture.

 

Préfaces Juillet 2014

Préfaces

Depuis plusieurs années, j’ai eu le plaisir d’être sollicité pour rédiger quelques préfaces. Je pense avoir toujours accepté les demandes qui m’étaient adressées car je considère que l’encouragement à la lecture est toujours profitable.

La seule contrainte que je m’imposais était de bien lire l’ouvrage entièrement avant d’en faire la préface. Cela peut sembler évident, mais cela ne l’est pas toujours. En ce qui concerne mes propres livres, je sais qu’un de mes préfaciers n’avait pas lu mon ouvrage et un autre m’avait demandé de lui faire un projet qu’il reprit intégralement. J’ai donc un de mes livres dont j’ai rédigé la préface.

La préface est un exercice délicat, elle doit insister sur les qualités du livre, sur son apport. Elle n’a pas pour seule ambition d’inciter à sa lecture, à l’inverse du dos de couverture, puisque le lecteur a déjà le livre entre les mains.

 

J’ai réuni ici l’ensemble de mes préfaces en espérant que parmi celles-ci, il y en est quelques-unes qui donnent envie de lire l’ouvrage en question, c’était en tout cas mon objectif en les rédigeant.

Lire les préfaces: Préfaces 2023

Lancement du guide de la communication responsable

Mardi 4 octobre 2022 a eu lieu à l’Académie du Climat à Paris la présentation du guide de la Communication responsable de l’ADEME. Il s’agit de la 2eme édition de ce guide après la 1ere en 2020. La matinée de présentation a permis de faire le point sur le sujet sous tous ses aspects avec une grande variété d’intervenants?

Pour ma part, je suis intervenu au début sur l’évolution de la communication responsable (22′).

Lien vers la vidéo:

 

Quelle publicité pour un monde sobre et durable ?

Le rapport demandé le 20 septembre 2019 par les ministres Elisabeth Borne et Brune Poirson a été adressé en avril aux directeurs de cabinet correspondants. Sans observations de leur part, il a  été présenté le 11 juin à Mme Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès la la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Ce travail faisait suite à une précédente demande du ministère de la transition écologique sur la durabilité des produits. Ce rapport avait été présenté en janvier 2019 (disponible ici : Rapport Obsolescence Programmée et à un rapport sur le même sujet du rôle de la publicité dans la transition écologique que j’avais rédigé en 2016 pour la Fondation Nicolas Hulot (disponible ici : Rapport FNH sur la Publicité

Cette mission pour lequel j’avais proposé à Géraud Guibert, conseiller à la Cour des Comptes et Président du Think Tank La Fabrique Ecologique de travailler avec moi, fut assez conséquent. Nous avons auditionné une trentaine d’organisations ou d’interlocuteurs, et au final plus d’une centaine de personnes ont été rencontrées.

CONSTAT:

Mon constat est que l’approche globale reste encore peu propice à un consensus solide. Pour de nombreux publicitaires, la publicité n’est qu’un outil au service de la vente, un reflet de son époque et de toute manière le consommateur est suffisamment intelligent pour décrypter les messages qui lui sont adressés. Difficile de faire bouger les lignes dans ces conditions. Heureusement, les mentalités évoluent. Une prise de conscience a émergé. La communication responsable apparaît désormais celle qui interpelle la responsabilité même du communicant et donc du publicitaire face aux grands enjeux de la transition écologique.

Le rapport comporte plus d’une vingtaine propositions , il devrait être mis en ligne rapidement sur le site du ministère, en attendant le voici ici:Rapport MTES vf

PERCEPTION:

Pour ma part, je considère que la publicité stricto sensu ne doit pas devenir le bouc émissaire des critiques contre notre système de consommation parce qu’elle ne constitue qu’une partie réduite d’un système de communication où interviennent les médias propriétaires (site web, vitrines), les dépenses gagnées par les actions d’influence, notamment sur les réseaux sociaux et tout ce qui concerne le marketing et qui échappe actuellement à toute réglementation, à l’exemple du packaging des produits. Elle doit toutefois se montrer beaucoup plus réactive et prendre des engagements forts sur sa responsabilité en matière de lutte contre l’hyper-consommation et le dérèglement climatique. Le récent guide (Janvier 2020) de l’ADEME devrait aider les professionnels Guide ADEME.

Le sujet est très important et trop longtemps sous estimé. Après avoir essayé de changer la finance, les modèles économiques, il est temps de penser à nos imaginaires.

J’ai l’espoir que ce rapport pourra être utile et qu’il permette un meilleur dialogue entre l’ensemble des parties prenantes, j’ai trouvé chez l’ensemble des interlocuteurs des points de vue très documentés qui demanderaient à être davantage partagés.