Articles

L’Europe, on lui fait quoi?

Une publicité qui méritait de réagir

Le 15 août 2020, le site de pari en ligne Winamax a posté sur Twitter une illustration en lien avec la coupe d’Europe des clubs champions, et sobrement intitulée « L’Europe, on l’encule à 2 ». La référence reposait sur le fait que deux clubs français, le PSG et l’OL participaient à la phase finale.

 

Moi qui depuis 10 ans travaille au Comité Economique et Social Européen et tâche de promouvoir l’image de l’Europe, je me suis senti provoqué par cette publicité. La société Winamax est un leader des paris en ligne, premier site français de poker. Patrick Bruel compte parmi ses actionnaires principaux.

 

Cette publicité a beaucoup fait réagir et trois membres du gouvernement (les ministres des sports, de la citoyenneté et de l’égalité homme-femme) ont dénoncé cette publicité jugée outrancière.

 

Une députée, Olga Givernet, a demandé au Premier Ministre la suppression de l’autorisation de pari en ligne de Winamax.

 

Devant l’ampleur des critiques, la société Winamax a décidé de retirer son tweet trois jours plus tard.

 

Pour ma part, j’ai porté plainte devant le jury de déontologie de la publicité, une des trois instances de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité.

 

La décision du jury vient d’être rendue publique. Le jury juge ma plainte fondée au regard des principes de la déontologie publicitaire, il considère que « la publicité litigieuse présente un caractère ordurier qui traduit un manquement aux exigences de responsabilité sociale. » Il note que cette publicité est de nature à cautionner une forme de violence physique et verbale.

 

Pour ma part, je retiens trois leçons :

 

  • D’abord, alors que ce tweet ordurier a été fortement dénoncé et que la polémique a été relayée sur de nombreux médias, j’ai été le seul à porter plainte. Cela signifie que le processus de plainte en matière de publicité n’est, soit pas connu, soit perçu comme ne présentant aucun intérêt.

 

  • Ensuite, il est difficile de juger objectivement la posture de Winamax. Lorsqu’ils annoncent en défense qu’il s’agit d’une simple référence à un album de rap du groupe PNL et à la chanson « Celsius » qui démarre par « On prend le rap, on l’encule à 2 », on ne peut s’empêcher d’envisager qu’ils ont voulu faire un coup de buzz à la veille d’une compétition sportive où le nombre de paris sportifs pouvait fortement augmenter. Mais, comme je sais qu’il faut aussi se méfier des tweets postés après 22 heures – le tweet a été posté à 22 h 40 – en raison de ce qu’on appelle « l’effet Jack Daniel », la volonté même de Winamax reste obscure.

 

  • Enfin, entre le moment de ma plainte, le 18 août, et la publication de la décision du jury, deux mois se sont écoulés. Il me semble vraiment nécessaire que le processus de plainte soit amélioré et les délais raccourcis, comme je l’avais proposé dans mon rapport.

L’avis du Jury sur ma plainte: JDP Avis WINAMAX

 

Comment communiquer sur le dérèglement climatique?

Interview en profondeur sur le site du Brandnewsblog par Hervé Monier à l’occasion de la parution de mon nouveau livre « des vents porteurs ».

Nous débattons de sondages, de transition écologique, de climat, de la jeunesse, de la publicité, et de l’importance d’un nouveau récit.

Communication environnementale : quels freins et quels leviers pour sensibiliser efficacement… et mobiliser (enfin) pour la planète ?

Publicité & transition écologique, discussion à la RTBF

Mercredi 16 octobre 2020 s’est déroulé dans les locaux de la RTBF à Bruxelles une interessante discussion avec Gildas Bonnel de l’agence Sidièse et Christophe Koninckx de l’agence Springtime, et moi même. L’émission était conduite par Véronique Thyberghien

lien vers le podcast

Publicitaires, encore un effort

Après la note rédigée en 2017 pour la Fondation Nicolas Hulot, j’ai pris l’initiative en 2019 d’une mission pour le ministère de la transition écologique pour réfléchir à l’évolution du modèle publicitaire pour le rendre davantage compatible avec les enjeux de la transition écologique. Ce rapport a été remis en juin 2020. J’ai profité de l’actualité de la Convention citoyenne pour écrire une tribune, parue dans le journal Le Monde le 24 août 2020.

Article: Publicité et Transition Ecologique

Quelle publicité pour un monde sobre et durable ?

Le rapport demandé le 20 septembre 2019 par les ministres Elisabeth Borne et Brune Poirson a été adressé en avril aux directeurs de cabinet correspondants. Sans observations de leur part, il a  été présenté le 11 juin à Mme Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès la la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Ce travail faisait suite à une précédente demande du ministère de la transition écologique sur la durabilité des produits. Ce rapport avait été présenté en janvier 2019 (disponible ici : Rapport Obsolescence Programmée et à un rapport sur le même sujet du rôle de la publicité dans la transition écologique que j’avais rédigé en 2016 pour la Fondation Nicolas Hulot (disponible ici : Rapport FNH sur la Publicité

Cette mission pour lequel j’avais proposé à Géraud Guibert, conseiller à la Cour des Comptes et Président du Think Tank La Fabrique Ecologique de travailler avec moi, fut assez conséquent. Nous avons auditionné une trentaine d’organisations ou d’interlocuteurs, et au final plus d’une centaine de personnes ont été rencontrées.

CONSTAT:

Mon constat est que l’approche globale reste encore peu propice à un consensus solide. Pour de nombreux publicitaires, la publicité n’est qu’un outil au service de la vente, un reflet de son époque et de toute manière le consommateur est suffisamment intelligent pour décrypter les messages qui lui sont adressés. Difficile de faire bouger les lignes dans ces conditions. Heureusement, les mentalités évoluent. Une prise de conscience a émergé. La communication responsable apparaît désormais celle qui interpelle la responsabilité même du communicant et donc du publicitaire face aux grands enjeux de la transition écologique.

Le rapport comporte plus d’une vingtaine propositions , il devrait être mis en ligne rapidement sur le site du ministère, en attendant le voici ici:Rapport MTES vf

PERCEPTION:

Pour ma part, je considère que la publicité stricto sensu ne doit pas devenir le bouc émissaire des critiques contre notre système de consommation parce qu’elle ne constitue qu’une partie réduite d’un système de communication où interviennent les médias propriétaires (site web, vitrines), les dépenses gagnées par les actions d’influence, notamment sur les réseaux sociaux et tout ce qui concerne le marketing et qui échappe actuellement à toute réglementation, à l’exemple du packaging des produits. Elle doit toutefois se montrer beaucoup plus réactive et prendre des engagements forts sur sa responsabilité en matière de lutte contre l’hyper-consommation et le dérèglement climatique. Le récent guide (Janvier 2020) de l’ADEME devrait aider les professionnels Guide ADEME.

Le sujet est très important et trop longtemps sous estimé. Après avoir essayé de changer la finance, les modèles économiques, il est temps de penser à nos imaginaires.

J’ai l’espoir que ce rapport pourra être utile et qu’il permette un meilleur dialogue entre l’ensemble des parties prenantes, j’ai trouvé chez l’ensemble des interlocuteurs des points de vue très documentés qui demanderaient à être davantage partagés.

 

 

 

Publicité et Transition écologique

Le rapport « Publicité et transition écologique » a été présenté jeudi 11 juin à Mme Brune Poirson, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la transition Écologique. Il prend place dans un contexte de forte interrogation sur le rôle de la publicité. Après le rapport émanant d’une vingtaine d’association et publié la veille, et en attendant les propositions de la Convention citoyenne sur le climat, il devrait permettre au gouvernement de se positionner sur ces enjeux.

 

Rapport Publicité et transition écologique (pdf)

Un article plus détaillé figure dans l’espace Blog.

 

Publicité et Big Data

Le Conseil d’Ethique Publicitaire que préside Dominique Wolton a lancé il y a quelques mois un groupe de travail sur le sujet « Publicité et Big Data ». J’étais le rapporteur de ce groupe de travail et j’ai proposé d’ouvrir une consultation publique sur le sujet avec l’objectif d’améliorer le contenu de cet avis.

L’avis est ici, n’hésitez pas à faire vos observations: *Avis Big Data

La communication et l’intelligence économique

Parution du N° 42 de la revue « Communication & Organisation » que j’ai eu plaisir à coordonner avec Nicolas Moinet, sur le thème « La communication, dimension oubliée de l’intelligence économique ». Ce N° comporte un autre de mes articles en varia « de la contestation du greenwashing à l’accroissement de la régulation publicitaire ».

Cliquez ici pour en savoir plus

Conseil Paritaire de la Publicité – fin de mandat

Mon mandat de 3 ans au Conseil Paritaire de la Publicité se termine. Un beau boulot d’équipe sur l’argument écologique dans la publicité notamment. Bonne continuation aux nouveaux.